Conscience

Dernière mise à jour de la page: 17/07/2010 23:22

Ces phrases ne cherchent pas à représenter ou raconter quelque chose de vrai, à chacun d'avoir son opinion, elles sont juste là pour aider à l’introspection... Ce qui suit un > « peut » être une réponse à une question que je me pose ou qui est posée par la phrase.

[ Afficher la page complète ]

Mouche


Une mouche a des nerfs, qui lui permette une réaction en cas de coupure de courant, mais n'est pas relié au cerveau, il y a une absence de nociception (sens de la douleur). Donc un insecte n'est pas conscient de la douleur et ne la ressent pas. Les coupures nerveuses provoquent des réactions physiques permettant fuite ou combat.

« Quelques insectes ont des nocicepteurs, des cellules qui détectent et transmettent des sensations de douleur[12]. Bien que la nociception ait été démontré chez les insectes, il n'y a pas de consensus sur leurs degrés de conscience à la douleur[13]. »

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Anatomie_des_insectes#Syst.C3.A8me_nerveux_central

« - Un criquet continue à manger pendant qu'il se fait dévorer par une mante religieuse.
- Une mouche tsé-tsé s'envole pour aller se nourrir alors qu'elle est à moitié disséquée.
- Les mantes religieuses mâles continuent à copuler alors qu'elles sont dévorées par leur partenaire.
- Des chenilles continuent à s'alimenter pendant que des larves de tachines* les perforent.
- De nombreux insectes poursuivent leurs activités ordinaires alors qu'ils sont dévorés de l'intérieur par de gros parasites.
- Des pucerons continuent à manger pendant qu'eux-mêmes se font manger par des coccinelles. »

Source : http://www.cahiers-antispecistes.org/les-insectesressentent-ils-la-douleur/

Ce que je comprends, c'est que si on suppose qu'un insecte est conscient, la seule chose dont il est consciente c'est de son rôle : se reproduire (et donc, se nourrir des éléments spécifiques lié à son espèce ou sa race).
Le schéma sociétal d'une guêpe ou d'une abeille est directement lié à la structure de la colonie, le rapport entre le nombre de femelle et de mal implique le besoin de "chouchouter" les femelles. .


Gen0, le: 10/01/2017